Vivre à l'Île Maurice, plaisirs et loisirs

Vivre à l'Île Maurice, plaisirs et loisirs

Charles Baudelaire à l'Île Maurice

Baudelaire-jeune.jpg
 

En 1841, le beau-père de Charles Baudelaire, le général Aupick, décide d'envoyer son beau-fils en voyage aux Indes pour l'arracher à la délétère influence de la vie parisienne. Charles embarque le 9 juin 1841, à Bordeaux, à bord du Paquebot-des-Mers-du-Sud, à destination de Calcutta. Le 1er septembre, le navire atteint l'Île Maurice, où Baudelaire est accueilli par M. et Mme Autard de Bragard, colons d'origine française, chez qui il va séjourner une quinzaine de jours. Il décide ensuite de mettre fin à son voyage pour les Indes et de repartir en France. Le 19, il débarque à Bourbon pour une ultime et longue escale avant le voyage du retour vers la métropole, qu'il atteindra le 15 février de l'année suivante.

Le 20 octobre 1841, encore à Bourbon, il adresse une lettre à M. Autard de Bragard à laquelle il joint À une dame créole, en l'honneur de sa femme : « Vous m'avez demandé quelques vers à Maurice pour votre femme, et je ne vous ai pas oublié. Comme il est bon, décent, et convenable, que des vers, adressés à une dame par un jeune homme passent par les mains de son mari avant d'arriver à elle, c'est à vous que je les envoie, afin que vous ne les lui montriez que si cela vous plaît. »

 

 

11921667_627918807350327_3966797800343147095_n.jpg

À une dame créole

Au pays parfumé que le soleil caresse,

J'ai connu, sous un dais d'arbres tout empourprés

Et de palmiers d'où pleut sur les yeux la paresse,

Une dame créole aux charmes ignorés.

Son teint est pâle et chaud ; la brune enchanteresse

A dans le col des airs noblement maniérés ;

Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,

Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire,

Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,

Belle digne d'orner les antiques manoirs,

Vous feriez, à l'abri des ombreuses retraites,

Germer mille sonnets dans le cœur des poètes,

Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

 

Le poète garde une copie du poème, qu'il insérera 16 ans plus tard dans son recueil Les Fleurs du Mal.

Christophe Rey (chanteur/auteur/compositeur) a mis en musique le poème de Charles Baudelaire  https://soundcloud.com/christopherey/a-une-dame-creole 

 

Pour info, et si vous avez l'âme poète, à suivre sur Facebook : Hélène de Senneville

11230596_627939594014915_3859984710801302679_o.jpg



06/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 122 autres membres